Une religieuse médecin parle sans détours de la pandémie H1N1

mercredi 7 octobre 2009
par  administrateur
popularité : 15%

Une religieuse médecin parle sans détours de la pandémie H1N1
El Periódico de Catalunya - 7 octobre 2009

Soeur Teresa Forcades i Vila a enlevé son voile de théologienne et repris son rôle de médecin en santé publique pour parler de la grippe A (H1N1) dans une nouvelle vidéo où elle lance un appel pour une approche sereine de la maladie en insistant sur le droit des citoyens de refuser de se faire vacciner contre celle-ci. Elle a aussi un nouveau blog sur catalunyareligió.catsur lequel elle partage ses écrits sur la grippe et d’autres sujets.

Que fait une religieuse qui parle sur l’Internet des dangers du vaccin de la grippe A ?

Notre règlement impose cinq heures de prière et six heures de travail. Ora et labora.

Je consacre une partie de mes heures de travail à la recherche médicale. Je suis docteur en médecine et j’ai publié en 2006 un essai, Crimes and Abuses of the Pharmaceutical Industry.

Quand avez-vous décidé qu’il vous fallait parler de la grippe A ?

En mai de cette année on m’a demandé de faire une conférence sur le vaccin du papillomavirus et j’ai été très frappée par l’absence de références scientifiques dans les recommandations officielles. Quelques jours plus tard, j’ai parlé sur TV-3 de ce vaccin et depuis j’ai des demandes pour m’exprimer sur le vaccin de la grippe A.

L’Organisation Mondiale de la Santé n’est pas digne de confiance ?

Je ne comprends pas les motifs qui ont conduit l’OMS à agir d’une façon aussi absurde.

Absurde ?

Oui. En mai dernier, l’OMS a changé la définition officielle d’une pandémie - elle est passée d’un définition logique (une pandémie est une contagion à l’échelle mondiale avec un taux de mortalité élevé) à une définition illogique (une pandémie est une contagion à l’échelle mondiale).

Quelles sont les conséquences de ce changement ?

Sous cette nouvelle définition de la "pandémie", la grippe annuelle (saisonnière) correspond largement à ces conditions. Allons-nous lancer une alerte sanitaire mondiale à chaque retour de l’automne ? En plus de cette absurdité d’un point de vue scientifique, cela implique de graves conséquences financières et politiques.

Vous ne faites pas confiance à ce vaccin. Pourquoi ?

Ce vaccin contient des adjuvants si puissants qu’ils peuvent amener la réponse immunitaire normale à s’accroître d’un facteur 10. De plus, deux doses sont recommandées, à prendre après l’injection contre la grippe saisonnière qui elle aussi contient des adjuvants, certes moins puissants. Jamais ces substances n’ont été auparavant injectées trois fois de suite dans la population, en commençant par les enfants, les malades chroniques et les femmes enceintes.

Quels effets peuvent en résulter ? La stimulation artificielle du système immunitaire peut provoquer des maladies auto-immunes ?

La même conception de deux des vaccins qui ont déjà été approuvés en Europe (Pandemrix et Focetra) indique que l’on peut s’attendre que pour chaque million de personnes vaccinées, 99 feront l’expérience d’une paralysie évolutive connue sous le nom de syndrome de Guillain-Barré. Si cela se produit, les compagnies pharmaceutiques seront poursuivies... [1] Mais aux U.S.A un décret déjà approuvé exempte les politiciens et les compagnies de toute poursuite.

Suggérez-vous que l’action des cartels pharmaceutiques est irresponsable ?

Ils n’ont œuvré que pour leurs intérêts.

Quelqu’un peut-il être forcé de se vacciner ?

En 2007, l’OMS a pris un arrêté qui établit une exception. Dans tous les cas l’OMS donne des recommandations, sauf dans un cas où elle peut alors donner des ordres qui outrepassent la souveraineté des pays membres.

Dans le cas d’une pandémie ?

Exactement. En 2007, l’OMS a pris un arrêté qui en cas de pandémie lui donne légalement la possibilité de contraindre les pays membres de vacciner entièrement ou en partie leur population. Les gouvernements de ces pays seraient obligés alors d’imposer des amendes ou autres pénalités aux individus qui refuseraient de se faire vacciner.

Croyez-vous aux conspirations ?

Je pense qu’il y a des intérêts en jeu qui ne sont pas bons pour la population. Comment peut-on justifier l’argent investi dans l’achat des vaccins de la grippe A quand celle-ci est moins virulente que la grippe saisonnière ? Dépenser autant d’argent pour des vaccins et d’autres mesures préventives sans références scientifiques suffisantes est un scandale et nous devrions réclamer des comptes.

Que pensent vos consoeurs religieuses de votre vidéo et de vos déclarations ?

Une sœur âgée de près de 90 ans a formulé une objection, disant que la grippe A était un sujet très grave et que je ne pouvais pas me prononcer contre le vaccin sans avoir de très solides arguments.

Et ?

Après avoir lu mon rapport, elle s’est approchée de moi après les vêpres et m’a juste dit : "Compris".

Avez-vous peur ?

Parfois.

Priez-vous beaucoup ?

Autant que je peux.

Vidéo :

Une religieuse médecin révèle d’importantes informations sur la grippe A H1N1 - Catalogne - Monastère de MontSerrat, 23 septembre 2009

BELL TOLLING for the Swine Flu (ENGLISH subtitled) from ALISH on Vimeo.

Teresa Forcades
Soeur bénédictine
Diplômée de médecine de l’Université de Barcelone
Spécialisation en médecine interne à la New York State University
Diplômée en théologie de Harvard

(1) Une explication claire et détaillée sur les différents types de grippe A, B et C

(2) L’exposé d’une première irrégularité sérieuse liée à la distribution par Baxter en février 2009, dans 4 pays d’Europe et 16 laboratoires, de matériel vaccinal pour la grippe saisonnière contaminé par le virus de la grippe aviaire. La découverte fortuite par un laborantin en Tchèquie de cette irrégularité suite à la mort de tous les animaux de laboratoire injectés. L’action en justice menée par la journaliste scientifique autrichienne Jane Burgemeister à l’encontre de Baxter et de l’OMS.

(3) L’exposé d’une seconde irrégularité liée au changement de définition par l’OMS de la notion de pandémie qui depuis mai 2009 n’est plus liée à la sévérité du virus mais bien à sa seule contagion, ce qui transforme de facto toute grippe saisonnière en pandémie. Les conséquences politiques d’un tel changement de définition sur les campagnes de vaccination au niveau mondial.

(4) Le caractère expérimental de l’injection de doses multiples de vaccins (1,2,3,...) pour les vaccins de la grippe saisonnière et de la grippe A.

(5) Le caractère expérimental du vaccin de Pandemrix (GSK), en particulier sur les enfants de 6 mois à 17 ans, et les risques d’effets secondaires de type neurologique liés au squalène et au polysorbate contenus dans le vaccin.

(6) La décharge de responsabilité des fabricants sous prétexte de situation exceptionnelle de crise et de nécessité de produire dans l’urgence des milliards de doses de vaccin.

(7) Sur base des irrégularités exposées (Baxter + OMS), le risque que des vaccins puissent être contaminés et qu’un système coercitif puisse être imposé.

(8) Deux raisons de résister à la vaccination. 1°) Si le taux de mortalité reste faible, il n’y pas de raison de prendre le risque d’être exposé à des effets secondaires à long terme via un vaccin peu testé 2°) si le taux de mortalité se met subitement à augmenter — suite à mutation ou à autre virus — le vaccin actuel devient inopérant.

(9) Recommandations  : rester calme, ne pas avoir peur, prendre les précautions habituelles, ne pas se faire vacciner. En cas de vaccination, exiger un programme de compensation en cas d’effets secondaires.

(10) Quelques considérations finales d’ordre général et historique sur les aspects de contrôle par la peur et sur la réaction positive du peuple espagnol suite aux tentatives de manipulation de l’opinion publique liées aux attentats de Madrid du 11 mars 2004.


[1En réalité, étant donné la (pseudo) situation d’urgence, les compagnies pharmaceutiques ont été exemptées de toute responsabilité. Voir cette régulation européenne(15/09/09 - par. 3.5) de même que cet article du magazine Le Pointqui confirme la décharge de responsabilité des laboratoires : « Considérant les circonstances exceptionnelles du marché, deux d’entre eux seront couverts en cas de poursuites judiciaires à la suite des vaccinations ... »


Documents joints

PDF - 155.2 ko
PDF - 155.2 ko

Sur le Web